Atelier de restitution du Plan d’Occupation et d’Affectation des Sols (POAS) de la zone “Dior Gui de Sindia “

Le GRAIM (Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Mutualistes) a organisé, le 14 juin 2016 à Sindia, un atelier de restitution du plan d’occupation et d’affectation des sols (POAS) de la zone “Dior Gui de Sindia”.

La rencontre entre dans le cadre du processus d’élaboration, par le GRAIM, du plan d’occupation et d’affectation des sols (POAS)  et a noté la participation d’acteurs tels que les Chefs de village, les représentants des associations des éleveurs et paysans, les représentants des associations de jeunes et des groupements de femmes, les membres de la commission domaniale, mais également les partenaires à l’image de Broederlijk Delen(BD).

Le plan d’occupation et d’affectation des sols (POAS) est un outil de gestion qui permet aux acteurs locaux concernés, sous l’autorité et la coordination de la commune, de réorganiser le territoire   communautaire dans le but  de déterminer de façon concertée  l’espace affecté  à chaque  mode d’occupation du sol mais également de fixer les règles de gestion consensuelles .

L’étude a démontré, à travers une approche zonale que les différents villages qui gravitent autour de la zone « Dior Gui » ont des problèmes spécifiques ayant trait à l’occupation de leur terroir, tels que l’absence de zones de pâturage, le bradage des terres agricoles au profit de l’agro-business, la divagation des animaux entrainant souvent des relations très heurtées entre paysans et éleveurs, le non-respect de la largeur des parcours de bétail par les paysans entrainant ainsi le passage difficile des troupeaux sur ces couloirs mais également l’absence de clôture des champs qui peut inciter les jeunes bergers à orienter le troupeau vers ces zones de culture.

L’atelier de restitution a démarré par la présentation du contexte, la définition des objectifs mais aussi  des résultats du diagnostic. Il a permis aux différents acteurs d’avoir une auto-conception de l’occupation actuelle du sol de leur terroir. Les différents acteurs ont aussi échangé sur la différence de pratiques entre la zone de Tène  Toubab où on assiste à un bradage excessif des terres de cultures au profit de l’agro- business et celle de Djilakh où les populations ont un lien direct avec la terre et manifestent leur intérêt à préserver les champs au profit de l’agriculture.

Pour freiner ce phénomène de bradage des terres dans la zone, les participants ont proposé au comité de pilotage d’organiser des séances de partage de l’expérience de Djilakh en matière de conservation des terres avec les autres villages du terroir. Il s’agit surtout, en parfaite collaboration avec les autorités locales, de conscientiser les populations sur l’importance de sauvegarder leurs terres. D’autres propositions ont été faites : Initier des activités de reboisement d’espèces fourragères au   niveau de la forêt classée de Bandia ; sensibiliser les éleveurs à développer l’élevage intensif ; sensibiliser les paysans à clôturer leurs champs pour éviter la divagation des animaux ; mettre en place un cadre de concertation avec la représentation des autorités locales et administratives, des paysans, des éleveurs et autres partenaires ; interdire aux enfants de moins de 18 ans d’amener les troupeaux au pâturage ; délibérer et matérialiser les parcours de bétail ; sensibiliser les éleveurs à emprunter les parcours de bétail ; préserver au moins une largeur de 20 m pour les  parcours secondaires et 50 m pour le parcours principal ; mettre en place un cadre de gestion de l’eau dans lequel l’Asufor, les éleveurs et les agriculteurs sont représentés, reboiser et de recreuser  les mares ; sensibiliser les paysans à respecter la distance recommandée entre les mares et les champs.

Katelijne Suetens, représentante de l’ONG Broderlijk Delen (BD) au Sénégal, a salué le rôle important du GRAIM dans la réalisation de ce plan d’occupation et d’affectation des sols (POAS) de la zone Dior Gui.  Elle a aussi magnifié l’esprit de solidarité et de vouloir cohabiter en parfaite harmonie qui anime les différents acteurs du terroir.

A la suite de cette restitution, un atelier d’élaboration des chartes et règles de gestion de cet outil a été organisé à Ten Toubab auquel, le comité de pilotage et les différents acteurs ont accepté et validé les propositions.

Par conséquent chaque acteur est tenu de respecter les chartes et règles de gestion  du POAS pour une meilleure cohabitation entre  paysans et éleveurs. Toute attitude ou pratique susceptible d’entrainer le non-respect des règles, est passible d’une amende pour manquements aux dispositions du présent POAS. Pour la suite, les règles et chartes de gestion de ce Plan d’Occupation et d’Affectation du sol (POAS) de la zone Dior Gui seront soumises au Conseil Municipal de Sindia pour adoption et validation.

 

20160512_113227

20160512_124156

20160512_120055

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.