CRD DE PARTAGE SUR LE PROJET « DUND AK KEEW BI : GOUVERNANCE LOCALE POUR L’ADAPTATION ET LA RÉSILIENCE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS 06 COMMUNES DU PLATEAU DE THIES »

0
291

 

Le GRAIM (Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Mutualistes) et son partenaire québécois, SUCO, ont organisé ce lundi 19 mars 2018, à la Gouvernance de Thiès, un CRD de partage sur le projet « DUND AK KEEW BI : Gouvernance locale pour l’adaptation et la résilience aux changements climatiques dans 06 communes du Plateau de Thiès ». La rencontre visait à présenter le projet aux autorités administratives, aux élus locaux, aux services techniques décentralisés (Eaux et Forêts, CADL, ARD, etc.) et aux acteurs du développement de Thiès (CLCOP, Réseau des femmes rurales, etc.).

 Au cours des cinquante dernières années, la dégradation de l’environnement du Plateau de Thiès s’est grandement accélérée. Les causes de cette sérieuse dégradation sont multiples. Certaines sont d’ordre anthropique, par exemple la surexploitation des ressources naturelles, l’insuffisance de planification dans la gestion des ressources naturelles, la gestion inadéquate des déchets, etc. D’autres causes proviennent de facteurs naturels environnementaux, notamment la baisse de la pluviométrie, les phénomènes naturels extrêmes (inondations, sécheresses), l’érosion hydrique et éolienne, la salinisation des terres, etc. Les conséquences de toutes ces causes sont considérablement exacerbées par les changements climatiques.

Afin de freiner cette dégradation et, à plus long terme, afin de la renverser, les structures étatiques et techniques doivent tenir un rôle central dans la gestion de l’environnement, dans la création d’une synergie entre les différents acteurs présents sur le terrain et dans la sensibilisation des populations. Toutefois, il s’avère que les collectivités territoriales ne sont pas suffisamment outillées afin d’assurer la gestion de l’environnement et des ressources naturelles, une compétence qui leur a été transférée par la loi 96-07 du 22 mars 1996 portant transfert des compétences à transférer aux régions, aux communes et aux communautés rurales. Leur savoir-faire en gouvernance environnementale et les moyens financiers à leur disposition ne leur permettent pas de remplir adéquatement leur mandat. Egalement, on observe une insuffisance de concertation et de coordination entre les différents acteurs communaux dans l’accomplissement d’activités à caractère environnemental et dans la lutte contre les changements climatiques, ce qui limite leur impact.

Ainsi, face à la rapide dégradation de l’environnement et devant le manque de savoir-faire, de moyens et de concertation pour une gouvernance participative de l’environnement et dans la lutte contre les changements climatiques, ce projet « Dunda k Kew-bi » propose de renforcer les capacités d’adaptation et de résilience de 06 communes (Chérif Lô, Fandène, Notto Diobass, Tassette, Sindia et Diass), pour, à terme, améliorer de manière durable les conditions environnementales du Plateau de Thiès.

Concrètement, le projet, qui est mis en œuvre par GRAIM, appuyé par l’ONG SUCO ainsi qu’un regroupement de spécialistes en environnement québécois, Réseau Environnement, vise à améliorer la gouvernance environnementale locale dans les 06 communes, à renforcer les capacités des communes et à les outiller afin qu’elles soient à même de mettre en œuvre des mesures d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques ainsi qu’à améliorer la résilience de l’environnement.

Ce projet, d’une durée de trois ans, est en parfaite cohérence avec le PSE et les orientations de l’Etat. Il a pour but d’améliorer les conditions environnementales des 06 communes du Plateau de Thiès précitées, de façon durable par l’entremise du renforcement des capacités d’adaptation et de résilience des communes face aux changements climatiques. En effet, la loi 2013-10 du 28 décembre 2013, portant code Général des Collectivité Locales en son article 305, stipule que les communes reçoivent la compétence d’élaborer des plans communaux d’actions pour l’environnement.

La rencontre de partage a vu la participation des autorités administratives des six (06) communes ciblées par le projet, des services techniques décentralisés et d’acteurs de développement de Thiès. Elle a été présidée par l’Adjoint au Gouverneur Chargé du Développement, M. Mbassa SENE.

D’après le Coordonnateur du GRAIM, M. André Demba WADE, le titre même du projet « Dund ak Kéew bi » montre aux populations à quel point la prise en charge de la gestion l’environnement est importante et que nous devons aujourd’hui nous y adapter comme le faisaient nos ancêtres. Ces derniers développaient de forts liens  avec l’environnement afin de vivre en parfaite harmonie avec lui. M. WADE ajoute : « aujourd’hui bon nombre ont perdu ce réflexe. Les causes sont multiples : nous pouvons citer les pratiques qui concourent davantage à détruire l’environnement qu’à le gérer de manière durable. GRAIM s’engage et se bat corps et âme, s’investit et s’engage à développer de nouveaux comportements pour contrer la dégradation de façon durable. C’est dans ce cadre que s’inscrit ce projet qui apporte un complément à l’ensemble des interventions du GRAIM dans le Plateau de Thiès notamment, dans certaines collectivités locales par l’entremise de l’élaboration et de la mise en œuvre de plans communaux d’actions pour l’environnementales (PCAE). SUCO et RESEAU ENVIRONNEMENT s’unissent aux côtés du GRAIM pour renforcer et  améliorer la situation environnementale et appuyer la lutte contre les changements climatiques dans le Plateau de Thiès, par l’intermédiaire d’un projet réalisé grâce à la participation financière du gouvernement du Québec.

En somme, au sortir de ce CRD, des rencontres d’informations et d’échanges seront tenues avec les acteurs à la base, dans chaque commune ciblée par le projet, afin qu’ils s’imprègnent du projet et se mobilisent pour sa mise en œuvre et l’atteinte de ses objectifs. Il sera également question de la planification participative des activités du projet.