La rééducation au profit des enfants atteints d’Infirmité Motrice Cérébrale

Le Service d’Education, de Rééducation, de Formation et d’Appareillage pour les enfants atteints d’Infirmité Motrice Cérébrale SERFA/ IMC a été créé en 2008, à Thiès par le Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives  Mutualistes (GRAIM) en collaboration avec une belge du nom de Anne Marie Mortier.  Le SERFA/IMC intervient dans les départements de Thiès, Tivaouane et Guédiawaye.

Parmi leurs prestations figurent un service de rééducation des enfants, de formation des parents à travers des visites hebdomadaires à domicile, une crèche neuropédiatrique, un  renforcement de l’état nutritionnel des enfants, des consultations, des visites trimestrielles. Ce travail est réalisé par quinze (15) relais, dont (09) à Thiès, quatre (4) à Pikine  et Guédiawaye, un (1) à Tivaouane et un (1) à Pout.

Ces relais ont été formés sur les techniques  de rééducation à base communautaire, mais aussi sur le processus d’enquête et d’identification  des enfants  atteints d’Infirmité Motrice Cérébrale. Le travail de rééducation des enfants IMC leur permet  d’avoir une bonne amélioration de la motricité  mais aussi d’être  autonomes

Suivons quelques témoignages de parents dont les enfants sont suivis régulièrement par ces dits relais.

 Témoignage d’une parente habitante de Grand Thiès, bénéficiaire des Visites à Domicile (VAD)

  1. Présentez-vous.

Je m’appelle Rokhaya Diop j’habite à Thiès plus précisément  au quartier Grand Thiès.

  1. Parlez-nous de votre enfant et depuis combien de temps il est suivi par le relais ?

Mon fils  s’appelle Abdou Aziz Bakhoum  il est né le 13 octobre 2005 à Dakar. A sa naissance, nous avons constaté une malformation de presque tout son corps. En ce temps-là, c’est au centre de Guédiawaye que  je l’amenais  pour des séances de kinésithérapie  parce que son corps était tellement crispé qu’il se cramponnait sur lui-même.

Nous l’avons amené au SERFA depuis 2011 mais le relais a commencé à venir chez nous pour les besoins de la rééducation  en 2015.

  1. Est-ce que des changements ont été notés depuis le démarrage de la rééducation ?

Depuis que nous avons commencé a fréquenter le SERFA, nous avons remarqué que son corps commence à lâcher et il a aussi réduit ses cris grâce à la prise de médicaments comme Baclofen ou Gardénal..Il ne peut pas marcher mais il arrive à s’assoir sur sa chaise roulante.

  1. Comment voyez-vous les services dispensés au SERFA ?

Nous rendons grâce à Dieu d’avoir pris connaissance du SERFA, car il a mis à notre disposition des relais qui suivent nos enfants de très près, vraiment nous ne pouvons pas les payer. Nous ne faisons que prier pour eux. Nous avons certes démarré la collaboration  tardivement  mais on a noté beaucoup de changements positifs et pour nous et pour notre enfant.

Témoignage d’une mère de famille habitante de Cité Lamy (Thiès).Bénéficiaire des Visites à Domicile (VAD)

 1. Présentez-vous.

Je m’appelle Alphi Diagne j’habite à Thiès au quartier Cité Lamy.

  1. Parlez-nous de votre enfant.

Il est né le 27 Décembre 2008. Trois (3) mois après, j’ai vu qu’il ne pouvait pas s’assoir correctement ;  même quand je le mettais dans une bassine il ne tenait pas. Nous avons essayé la médecine traditionnelle auprès des tradi praticiens mais il n’y avait pas d’amélioration, c’est à partir de là qu’un parent nous a parlé du SERFA et nous y sommes allés.

  1. Depuis combien de temps votre enfant est suivi par le relais ?

Mon enfant fréquente le SERFA depuis 2010. Les VAD (Visite à Domicile) ont aussi démarré la même année

  1. Est-ce que des changements ont été enregistrés depuis lors ?

Oui bien sûr, au début avant les consultations au SERFA il pouvait a peine se tenir debout, il ne pouvait même pas s’assoir correctement mais à présent, il s’assoit, marche même si c’est un peu compliqué, car en marchant il pointe ses orteils. J’espère et je crois même qu’avec l’aide du relais ça va s’améliorer sous peu ;  en plus il a beaucoup diminué ses cris grâce à la prise du sirop Dépakine .

  1. Comment voyez-vous les services offerts par le SERFA ?

Nous saluons le travail du SERFA, vous savez  nous avons perdu beaucoup d’argent chez les marabouts sans résultats. Grace au SERFA, notre enfant commence à s’épanouir il ne pouvait pas marcher, ni s’asseoir, mais avec  la rééducation ils s‘est beaucoup amélioré. Le relais continue le suivi de mon enfant et il me donne aussi  des conseils relatifs à sa prise en charge. Vraiment nous les remercions pour tout ce qu’ils font pour le bien être des enfants atteints d’Infirmité Motrice Cérébrale (IMC).

Témoignage d’une parente habitante de POUT. Bénéficiaire des Visites à Domicile (VAD)

  1.Présentez-vous.

Je m’appelle Hadiaratou Ba j’habite à Pout4 au quartier HLM.

2.Parlez-nous de votre enfant.

A sa naissance, elle était toute petite nous avons trouvé que c’était une anomalie, on l’a amené à Fann et ils nous ont dit qu’elle l’hématome rétro- placentaire (HRP). De là, le médecin nous  a orientés vers l’hôpital régional ; là-bas aussi on nous a dirigés vers le centre Talibou Dabo. Là-bas, ils ont commencé des séances de massage. Deux séances par mois et au fur et à mesure je constatais des changements vraiment positifs mais malheureusement je n’ai pas pu continuer les séances faute de moyens.

3.Depuis combien de temps votre enfant est suivi par le relais ? Est-ce que son état s’est amélioré ?

 Ma fille est âgée de 15 ans et cela fait maintenant 8 ans qu’elle est suivie par le relais. Et depuis  nous avons noté beaucoup de changements, elle ne pouvait rien faire avec ses membres mais Dieu merci elle marche maintenant et fait même le linge. Certes, elle ne parle pas clairement mais j’espère que ça viendra, même si elle se fait comprendre par les autres enfants de son âge. Mais le plus important grâce à l’appui du SERFA et de la rééducation c’est qu’elle est scolarisée et elle s’est présentée à l’entrée en sixième cette année.

4.Comment voyez-vous les services du SERFA en général et du relais en particulier ?

Le relais fait bien son travail, elle vient tout temps à la maison pour les séances rééducatives de ma fille. Elle la suit même à son école. Vraiment je salue cette initiative du GRAIM  en implantant le SERFA en collaboration avec son partenaire Plan Bobath car nous sommes allés partout pour la santé de notre fille en vain, mais le  SERFA a beaucoup contribué à l’amélioration de la motricité de mon enfant.  Nous les remercions du fond du cœur.

 Témoignage d’une mère de famille dont l’enfant est suivi à la crèche

1.Présentez-vous.

Je m’appelle Fatoumata Diallo j’habite à Thiès au quartier Keur Mame El hadji.

  1. Parlez-nous de votre enfant.

Ma fille est née le 01 octobre 2015 ; quand elle a eu trois (3) mois j’ai remarqué que sa tête ne tenait pas et elle ne pouvait pas s’assoir, même dans une bassine elle tombait. Au début je croyais que c’était juste un retard car  il ya des bébés qui tardent à s’assoir. Jusqu’à l’âge d’un (1) an elle ne s’asseyait toujours pas. C’est à partir de là que  je suis allée à l’hôpital 10eme, le médecin m’a fait un papier pour que j’aille à dalal xel. Là bas, ils lui  ont fait une radio et ils m’ont demandé de remettre les résultats au médecin de l’hôpital 10eme.  J’ai ramené les résultats, le médecin m’a renvoyé à dalal xel car c’est là bas que l’on traite ce genre de maladies. Et s’ils ne peuvent pas le traiter ils vont me référer dans une autre structure sanitaire. Je suis retourné à dalal xel, ils m’ont dit d’aller à la raffinerie de Mbao. A Mbao j’y suis allée deux fois sans rencontrer le docteur, c’est après une troisième  tentative que je l’ai finalement rencontré. Même scénario, il m’a dit aussi de refaire une autre radio. Malheureusement je n’avais plus les moyens, mon mari ne travaille pas et  je fais de mon mieux pour gérer la famille. Finalement je n’ai pas pu le faire et je suis restée à la maison en attendant. Quelque temps après, une des amies de ma fille est venue à la maison ; elle a vu la petite, elle lui a expliqué qu’il y avait un centre de rééducation qui pourrait aider ma fille. Quand je suis venue, le personnel m’a accueilli, nous avons partagé et ma fille a commencé ses séances au SERFA.

  1. Depuis combien de temps votre enfant est suivi par le crèche?

J’ai amené  ma fille au SERFA au  lendemain de la conférence de sensibilisation qu’avait organisée le SERFA en  2016.

  1. Parlez-nous du suivi de votre enfant  au niveau de la crèche ?

J’amène chaque jour ma fille à la crèche. C’est un peu difficile par ce que j’y vais  à pied car je n’ai pas les moyens pour prendre un taxi et avec l’état de cette dernière, je ne peux pas prendre le bus. Je l’amène le matin et le soir sa grande sœur passe la récupérer à la descente.

  1. Est-ce que vous avez noté des changements ?

Depuis qu’elle est suivie à la crèche, son état s’est nettement amélioré, elle commence à s’asseoir  petit à petit, à ramper un peu et à mobiliser ses membres, elle parvient même à communiquer avec ses sœurs et les membres de la famille. Elle tombe souvent malade, la dernière fois je suis allée à l’hôpital avec elle et le docteur lui a fait un scanner et il m’a dit que le problème c’était au niveau de son cerveau. C’est quand je suis revenu au SERFA, que l’équipe m’a signifié que ce n’était pas la peine  de m’inquiéter car l’enfant recevra tout ce dont elle a besoin à la crèche du SERFA

  1. Comment voyez-vous la prise en charge au SERFA ?

Je suis très contente des services offerts par les agents de cette structure. L’équipe fait un bon travail, ma fille m’empêchait de vaquer à mes occupations, je ne sortais pratiquement plus pour ne pas la laisser seule. Maintenant qu’elle passe ses journées à la crèche,  je m’attèle à de petites activités génératrices de revenus pour aider mon mari dans la gestion de notre famille démunie.

DSC01924 DSC01923 ALDIOUMA POUT

DSC03793

IMG_4942

IMG_5327

IMG_6476

L1020119

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.