Séminaire de formations agricoles sur la méthode pédagogique axée sur l’approche par les compétences (APC).

Les rideaux sont tombés ce vendredi 28 octobre 2016 sur la formation des maitres agricoles .Un séminaire  qui entre dans le cadre du Projet d’Appui à l’Education, à la Formation Professionnelle et à l’Insertion Socio-Economique des jeunes de la ville de Thiès (PREFI-JEUNES). Pendant dix (10) jours, les acteurs agricoles ou formateurs ont été initiés par les inspecteurs de spécialités du bureau de la formation professionnelle de l’inspection d’académie de Thiès sur la méthode pédagogique axée sur l’approche par les compétences (APC). Les participants remercient vivement le GRAIM, ainsi que ses partenaires techniques et financiers à savoir l’Association pour l’accès à l’éducation et à la formation (Acced), et la Fédération Genevoise de Coopération (FGC).

 Témoignages et Interviews des maîtres agricoles

1.

Témoignage de Mme Ndiaye Oumy Seck participante à la formation des maitres agricoles et Coordonnatrice du CEEDD (Centre d’Ecoute et d’Encadrement pour un Développement Durable)
A l’image des autres participants à la formation des maitres agricoles. Mme Oumy Seck est aussi une actrice du développement qui ne cesse de faire ses preuves dans le domaine du micro-jardinage.
Coordonnatrice du CEEDD, Mme Ndiaye nous fait savoir que son centre a été créé en 2005 par 5 groupements de femmes engagées dans le développement de leurs communautés (principalement dans le domaine de la promotion de l’égalité des genres, la santé, et l’alphabétisation des femmes). Pour se donner les moyens d’agir, ces femmes décidèrent de joindre leurs efforts et de s’organiser au sein de ce qui deviendra le CEEDD. Le CEEDD mène diverses activités telles que l’agriculture urbaine et péri-urbaine, l’Education, la santé, le micro-crédit et l’Artisanat.
En 2008, 16 jardins familiaux ont été créé par le CEEDD en partenariat avec la FAO et les services du Ministère de l’Agriculture (plus de 600 kilogrammes de produits horticoles récoltés) et une dizaine de sites de micro jardinage en divers points de la ville, pour récolter plus de 800 kg de légumes et de plantes à essence aromatiques.
Depuis, sa création le CEEDD gravit les échelons, en 2016 et a remporté à Paris le Prix des Femmes Marjolaine de la Fondation Raja.
Concernant la formation des maîtres agricoles, Mme Oumy Seck estime que le séminaire est venu à son heure, dès l’instant qu’il est destiné à des professionnels et acteurs agricoles. Puisque quel que soit son expertise, il est toujours important d’être capacité, afin de mieux transférer son savoir-faire avec plus pertinence et de cohérence. Elle abonde dans le même sens que ses paires et indique, que la capacitation sera combiné avec leurs savoir-faire pour inculquer aux apprenants toutes les connaissances nécessaires et  obtenues grâce à ces dix (10) jours de formation.
Pour rappel la formation des maîtres agricoles entre dans le cadre du Projet d’Appui à l’Insertion socio-économique des jeunes (hommes et femmes) par l’Education et la Formation Professionnelle en agriculture urbaine et périurbaine. Un projet du Groupe de recherche et d’appui aux initiatives mutualistes (GRAIM). Il est appuyé techniquement et financièrement par l’Association pour l’accès à l’éducation et à la formation (Acced), et la Fédération genevoise de coopération (FGC).

2.

Témoignage de Mme Thérèse Mbaye, Coordinatrice de l’Association des Femmes Rurales de Fandéne et Présidente de l’Unité de Transformation des Céréales Locales de Fandène « OraraGuni»
Mme Thérèse Mbaye est la Coordinatrice de l’Association des Femmes Rurales de Fandène. Après sa formation dans le cadre de la lutte contre les effets des pesticides, qui sont le plus souvent sources de problèmes de santé ou de dégradation de l’environnement, elle encadre aujourd’hui plus de 800 femmes productrices et transformatrices sur la gestion de l’environnement et l’agriculture. Ancienne  élue locale, Mme Thérèse Mbaye s’investit depuis 2011 dans la transformation des produits maraîchers, la commercialisation et la gestion des boutiques villageoises, des bois villageois, ainsi que la gestion des digues de restauration du «Gol». Elle nous apprend dans ce sens : « Notre association a été créée en 1987, et son objectif est de prendre en charge les préoccupations du Réseau National des Femmes Rurales au niveau local, et nous veillons aussi à l’autonomisation de tous nos membres à travers des activités génératrices de revenus ». La participante à la formation des maitres agricoles poursuit  elle : « Comme annoncé à l’entame de mes propos, je suis la responsable de l’unité de transformation des céréales locales de Fandène « OraraGuni». Etant des agricultrices, nous avons jugé nécessaire de nous activer dans la transformation depuis cinq (05) ans afin de mieux conserver nos surplus de productions ». Mme Thérese Mbaye est une formatrice avérée, raison pour laquelle elle salue la tenue de cette formation des maitres agricoles. Elle déclare dans ce sens : « Nous sommes formés depuis presque deux semaines sur la méthode pédagogique basée sur l’approche par les compétences (APC). Et nous sommes vraiment satisfaits du déroulement d’autant plus que l’approche par les compétences est un concept nouveau. GRAIM attend de nous, le transfert des connaissances acquises, en lien avec notre savoir-faire ». Pour conclure, Mme Thérèse Mbaye, Coordinatrice de l’Association des Femmes Rurales de Fandéne et Présidente de l’Unité de Transformation des Céréales Locales de Fandène « OraraGuni» remercie le GRAIM et ses partenaires techniques et financiers (ACCED et FGC) d’avoir facilité la formation

3.

Témoignage de M. Badara Sylla, Président de l’Association des Maraichers de Médina Fall. 
Dans le cadre des interviews que nous vous proposons, nous recevons ce jour le Président de l’Association des Maraichers de Médina Fall (AMMF), M. Badara Sylla, et non moins participant à la formation des maîtres agricoles.
 

Son association a été créée en septembre 2013 et elle regroupe l’ensemble des maraîchers des bas-fonds de Médina Fall (hommes et femmes). L’association a pour objectif de développer l’agriculture particulièrement le maraîchage. Mais c’est surtout grâce à l’appui du GRAIM qu’ils ont pu mettre sur pied l’association et obtenu un récépissé.

Etant un participant à la formation des maîtres agricoles, M. Sylla salue l’initiative et déclare : « Nous parlons de la formation des formateurs, une initiative très opportune pour nous qui sommes des maitres agricoles. Notre rôle à l’issu cette formation est de capaciter les jeunes qui sont sur le terrain et qui ont l’amour de la terre. C’est vrai que nous avons eu à participer à d’autres formations sous la houlette du GRAIM et dans le cadre toujours de PREFI-JEUNES, mais ce présent séminaire sort de l’ordinaire ».

Le Président de l’Association des Maraichers de Médina Fall poursuit : « C’est une formation qui est axée entre autres sur le maraîchage, le domaine de compétence des agriculteurs de Médina Fall. Je peux donc dire que le renforcement est assuré, et depuis le début j’acquière de nouvelles connaissances relatives aux APC (Approches par les compétences). Pour la suite nous comptons sur le suivi des formateurs, mais aussi sur le GRAIM afin de pouvoir transmettre facilement à la cible (futurs apprenants) toutes les connaissances acquises dans le domaine de l’agriculture urbaine et périurbaine ».

oumy-ceedd there-rural bada-medina-fall mme-mbengue-cedaf dsc00520 dsc00521 dsc00522 dsc00627 dsc00641 dsc00519 dsc00518 dsc00517 dsc00515 dsc00514 dsc00513dsc006654

Interview de Mme Mbengue Fatou Gueye Diassé participante à la formation des maitres agricoles au GRAIM.

La deuxième partie de la formation des maitres agricoles a démarré ce lundi 24 octobre 2016. Et nous vous proposons, dans la dynamique, un entretien avec la Coordinatrice du CEDAF, par ailleurs participante à l’atelier de capacitation des maitres agricoles.

– Présentez-vous ? Mme Mbengue Fatou Guèye Diassé :

Je m’appelle Mme Mbengue Fatou Gueye Diassé, Coordinatrice du CEDAF (Centre Départemental d’Assistance et de Formation pour la Femme). Notre Centre a été créé pour les femmes, et nous mettons en œuvre plusieurs volets que sont : Appui conseil et orientation, Formation etc..

 – Vous participez à la formation des maitres agricoles qui se tient au GRAIM depuis le 17 octobre, dans le cadre de PREFI-JEUNES, quel regard portez-vous au déroulé ?

Mme Mbengue Fatou Guèye Diassé :

C’est une formation vient à son heure. Nous avons certes de l’expérience dans le domaine, mais nous n’avons jamais été initiés aux APC (Approches par les compétences. Nous nous en réjouissons, parce qu’avant nous fonctionnons avec nos propres techniques. Mais avec ce renforcement, nous sommes conscients qu’il y aura une nette amélioration dans nos activités, d’autant plus qu’au niveau du CEDAF nous avons la formation des jeunes filles. Ce qui va nous permettre d’améliorer notre façon de faire, surtout sur le plan technique, méthodologique, etc.

– Comment le CEDAF compte s’y prendre pour transférer à la cible les connaissances acquises ?

Mme Mbnegue Fatou Gueye Diassé : Nous allons essayer avec les formateurs de démultiplier les connaissances acquises au profit des cibles que nous allons former. Nous nous sentons déjà aptes à réussir la tâche qui nous est assignée grâce à ce renforcement de capacités pédagogiques. Et nous remercions particulièrement les formateurs qui sont vraiment à la hauteur, mais aussi le GRAIM, ACCED et la FGC qui n’ont ménagé aucun effort pour nous permettre d’acquérir de nouvelles connaissances.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.